Retrait de la loi travail : Toujours déterminée-es : Amplifier la mobilisation, faire respecter la démocratie

Après plus de deux mois de mobilisation des salarié-es, des jeunes, des privé-es d’emploi et des retraité-es, la mobilisation se poursuit et s’amplifie comme le montre la dernière journée de manifestations du 19 mai.

Cette semaine, le développement d’actions, de grèves (parfois reconductibles) dans de nombreux secteurs pour obtenir le retrait du projet de loi travail et l’obtention de nouveaux droits, montre que la détermination reste intacte.

L’opinion publique reste massivement opposée à cette loi Travail et à l’utilisation autoritaire du 49.3 par le gouvernement.

Le gouvernement n’a pas d’autre issue que d’écouter les organisations qui luttent pour le retrait de ce projet de loi.

Des secteurs professionnels sont engagés dans un mouvement de grève reconductible, d’autres s’y déclarent prêts. Au plan interprofessionnel, les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, FIDL, et UNL appellent le

26 mai prochain à une journée nationale de grève, manifestations et actions.

À Pôle Emploi, les organisations CGT, FO, SNU/FSU et Solidaires SUD emploi ont décidé de relayer cet appel à la grève.

Elles appellent aussi d’ores et déjà à renforcer l’action par la préparation d’une journée de grève interprofessionnelle avec

Manifestation nationale à Paris le 14 juin,

au début des débats au Sénat

Il est hors de question d’accepter la remise en cause y compris à Pôle Emploi :

  •  de la hiérarchie des normes et du principe de faveur, élément protecteur pour tous et toutes les salarié-es,
  • de la durée légale du travail, des accords RTT, des astreintes, des récupérations de temps de trajet et des repos compensateurs,
  • du paiement majoré à 25% au moins des heures supplémentaires
  •  de la protection contre les licenciements sans cause réelle et sérieuse
  •  des avantages individuels acquis.

Les organisations CGT, FO, SNU/FSU et Solidaires SUD emploi de Pôle Emploi invitent leurs structures à poursuivre la tenue d’assemblées générales, y invitent tous-tes les salarié-es pour y débattre des modalités d’actions de la grève et de sa reconduction jusqu’au retrait, comme aujourd’hui les salariés des raffineries, de la SNCF et d’autres… Rejoignons-les !

Paris, le 24 mai 2016

Consulter la version PDF du tractPour Consulter la version PDF du tract, cliquer ici

Ce contenu a été publié dans Code du travail, intersyndicale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire